Un nouvel espace de convivialité

La cour Leyteire se trouve au cœur de l’ensemble des bâtiments historiques de l’Université sur le site de la Victoire, lieu majeur de la vie étudiante bordelaise. Des travaux importants ont été réalisés depuis 2002 sur les bâtiments Leyteire qui ont conduit notamment, en novembre 2010, à la ré-ouverture du Musée d’ethnographie, associé à une cafétéria du CROUS donnant sur la cour.

Entourée des bâtiments réalisés fin XIXème, début XXème, d’une surface d’environ 2 500 m2, la cour Leyteire fait aujourd’hui principalement office de parking pour les livraisons. Bien qu’elle permette les flux des étudiants entre les rues Paul Broca et Elie Gintrac, elle était jusquà présent relativement peu accueillante.

Dans ce contexte, l’Université de Bordeaux a saisi l’opportunité de l’Opération Campus pour entreprendre le réaménagement de la cour Leyteire, avec pour objectif de rendre la cour plus accueillante afin d’inciter l’entrée dans l’Université, la rendre plus confortable et plus agréable pour les usagers quotidiens.

Une relecture contemporaine et paysagère pour un site historique

La cour Leyteire se compose de plusieurs espaces : un coeur central irrigué par deux axes traversant et des alcôves. La diversité des ambiances paysagères est liée à des orientations contrastées, contribuant à l’ampleur de la palette végétale. L’allée des cyprès, de même que l’allée des palmiers et l’allée des senteurs, relient la cour à la ville, entourent le coeur jardiné. Les patios landais et japonais nais à l’ouest, les jardins verticaux à l’est constituent des contrepoints à cette centralité. L’insertion du végétal se fait alors sous toutes ses formes : palissé, grimpant, à plat… Une canopée se développe entre les bâtiments, crée des vis-à-vis, des filtres, des ombres.

Le sol est conçu autour d’un système de trame : un calepinage régulier de bandes de 80cm vient rythmer l’espace. Le revêtement alterne béton désactivé et béton balayé dans des tons clairs, rappelant la pierre des façades et participe de la luminosité de l’espace.

Une table d’eau dessine le coeur du projet, apportant à la cour une sensation de fraicheur et d’apaisement. L’eau est utilisée ici comme un élément solide et réfléchissant puisqu’elle affleure à la surface d’un bloc minéral imposant.

Le mobilier urbain résonne avec la table d’eau, en particulier les bancs, nombreux, qui permettent à la fois l’isolement et la convivialité dans les patios. Leur largeur s’inscrit parfaitement dans la trame du projet, en fait un espace d’assise confortable, support d’usages et d’appropriation multiples (se reposer, manger, discuter, travailler). Le mobilier a également été ordonnancé dans l’espace central jardiné afin de servir d’assise lors d’animations (spectacles, projections) sur une esplanade encerclant un mur aveugle.

Enfin de nouveaux portails ajourés remplacent les barrières et les ventaux opaques qui contraignaient les flux. Ces derniers ont fait l’objet d’un travail de conception spécifique pour favoriser la transparence depuis l’extérieur et s’inscrire dans l’histoire du site par la reprise de motifs végétaux stylisés.